Actualités

Mise en service des radars discriminants du périphérique toulousain

 
Radars discriminants

Radars discriminants

Les deux premiers radars discriminants, nouveau dispositif de contrôle automatisé de vitesse, sont en service. Ils sont situés sur le périphérique intérieur de Toulouse, respectivement côté EST sur l'A61 (à la hauteur de la Cité de l'Espace) et côté OUEST sur l'A620 (à la hauteur de Ginestous).
Ces radars discriminants permettent de distinguer les véhicules légers (VL) des poids-lourds (PL). Ils contrôlent leur vitesse par rapport à la limitation de la catégorie identifiée.

Ce nouvel équipement est en mesure d’identifier avec précision la voie de circulation du véhicule en infraction. Cette dernière fonctionnalité est notamment intéressante dans les cas où plusieurs véhicules apparaissent sur les clichés d’infraction. Ces situations n’étaient pour l’heure pas traitées au Centre National de Traitement, en raison de l’incertitude du véhicule en infraction.

 L'A61 et l'A620 ont été choisies pour le déploiement de ces nouveaux dispositifs car d'après l'arrêté préfectoral n°2007-257, en date du 04 octobre 2007, la vitesse légale autorisée est différente pour les PL et les VL (VL=90km/h, PL=80km/h) sur ces routes.

 Ces deux voies supportent un trafic PL important.

 " Toute dégradation ou détérioration d'un radar constitue une infraction punie d'une peine d'emprisonnement de 3 ans et d'une amende de 45 000 €. Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins sur cet équipement est puni d'une amende de 7 500 € et d'une peine de travail d'intérêt général», article 332-2 du Code Pénal."