Police judiciaire

 
 

Article index

  1. Police judiciaire
  2. Structure
Héritière des « Brigades du tigre » créées en 1907, la Police Judiciaire appartient à la Direction Générale de la Police Nationale du Ministère de l’Intérieur, et a vocation à lutter, sur l’ensemble du territoire de la République, contre les manifestations de la délinquance spécialisée et de la criminalité organisée.

La Direction Centrale de la Police Judiciaire (D.C.P.J.), également désignée sous l’abréviation de « Police Judiciaire » ou même plus simplement « P.J. », comprend 9 services centraux, 7 directions zonales et une direction régionale, soit au total plus de 6 000 fonctionnaires.

La Direction Centrale s’organise autour des offices et sous-directions ainsi qu’un service des courses et jeux et une division des relations internationales. Les offices centraux, à vocation interministérielle, sont chargés de centraliser les informations, de coordonner les investigations, de mener les enquêtes au plan national en matière de banditisme, de trafic de biens culturels, de trafic de stupéfiants, de faux monnayage, de blanchiment d’argent, de trafic d’armes, de criminalité informatique ; font également partie de cette sous-direction des sections, services et divisions nationales spécialisées, ainsi que la Coordination Nationale des G.I.R. (Groupes Interministériels de Recherche) et le Service d’Information, de Renseignement et d’Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée (S.I.R.A.S.C.O.).

Au niveau territorial, la Police Judiciaire comprend :

  •  7 directions zonales de police judiciaire (D.Z.P.J. Nord, Sud-Est, Est, Sud, Ouest, Sud-Ouest et Antilles) composées d’une ou plusieurs directions territoriales de police judiciaire (D.T.P.J.)
  •  1 direction régionale de la police judiciaire (D.R.P.J. de Versailles).

Les D.Z.P.J. et D.R.P.J., ainsi que toutes les entités qui les composent, participent étroitement au dispositif national centralisé mis en place pour la lutte contre le crime organisé et la délinquance spécialisée.

Les policiers affectés en Police Judiciaire ont une compétence territoriale large, couvrant tant les zones urbaines que les zones rurales ; qui n’est pas limitée au ressort d’un seul département, mais étendue soit à une ou plusieurs zones de défense, soit à l’ensemble du territoire national.

Les entités territoriales de la P.J. disposent de structures spécialisées correspondant aux différentes missions imparties à la police judiciaire :

  • Les divisions criminelles comprenant plusieurs groupes spécialisés homologues des divisions de la direction centrale. Chaque groupe a compétence dans un secteur déterminé de la criminalité (affaires générales, et criminelles, stupéfiants, répression du banditisme…) ;
  • Les divisions économique et financière, composées aussi de groupes spécialisés, également homologues de ceux de la direction centrale.
  • Les Services Régionaux de Police Technique regroupant les missions classiques d’identité judiciaire (scène d’infraction, révélations d’empreintes papillaires, identification) et d’analyse numérique
  • Les BRI (brigades de recherche et d’intervention), qui bénéficient d’une compétence nationale.

La Direction Territoriale de Police Judiciaire de Toulouse

 Hôtel de Police
23, Boulevard de l’Embouchure
31066 Toulouse Cedex
Tel : 05.61.12.78.45.
Fax : 05.61.12.78.49.

Directeur : Mme Nathalie TALLEVAST, Commissaire Générale

Directeur Adjoint : M. Jean-Luc SAUX, Commissaire Divisionnaire

La D.T.P.J. de Toulouse dépend de la D.Z.P.J. Sud dont le siège est à Marseille ; elle exerce sa compétence sur la plus grande partie de l’ancienne région Midi-Pyrénées, soit les départements de l’Ariège (09), de la Haute-Garonne (31), du Gers (32), du Lot (46), des Hautes-Pyrénées (65), du Tarn (81) et du Tarn-et-Garonne (82).

Structure de la Direction Territoriale de Police Judiciaire de Toulouse

Le D.T.P.J. de Toulouse est structuré en 2 divisions opérationnelles qui traitent toutes les missions spécifiques dévolues à la police judiciaire dans leurs domaines ; assistés par les services de support :

La division des affaires criminelles

Elle est organisée autour de 3 unités :

  • La Brigade Criminelle et de Lutte Anti-Terroriste (B.C.L.A.T.),
  • La Brigade de Répression du Banditisme et du Proxénétisme (B.R.B.P.),
  • Un détachement de l’OFAST (Office Anti-Stupéfiants),

et dispose d’une brigade de recherche et d’intervention (B.R.I.), de compétence nationale, qui assure les interventions et les assistances pour le compte du service et des services extérieurs (Offices centraux, P.J. extérieures, services de sécurité publique…).

Au sein du détachement OFAST, une C.R.O.S.S. (Cellule du Renseignement Opérationnel sur les Stupéfiants) réunit un enquêteur de la D.T.P.J., un enquêteur de la Direction Départementale de la Sécurité Publique et un de la Gendarmerie Nationale ainsi qu’un agent des Douanes et a pour mission de rassembler l’ensemble des renseignements liés au trafic de stupéfiant, au bénéfice de ces quatre structures.

La division des affaires économique et financière 

Elle est organisée autour de 3 unités :

  • La Brigade de Répression de la Délinquance Financière (B.R.D.F.),
  • la Brigade de Recherches et d’Investigations Financières (B.R.I.F.),
  • un groupe Courses et Jeux.

Chacune dans leur spécialité, ces unités traitent toutes les affaires de délinquance spécialisée en matière financière, escroqueries en bande organisée, infractions aux règles de passation de marchés publics, blanchiment des fonds et de l’économie souterraine, infractions à la législation sur les sociétés commerciales, délinquance liée aux affaires publiques (corruption, trafic d’influence, prise illégale d’intérêts) et professions réglementées, ainsi que la surveillance des jeux de hasard réglementés (casinos, courses hippiques) et la répression des jeux illégaux.

Les services supports :

  • Un Service Régional de Police Technique et Scientifique (S.R.P.T.S.) regroupant les missions classiques d’identité judiciaire (scène d’infraction, révélations d’empreintes papillaires, identification) et d’analyse numérique
  • Un Service de Traitement de l’Information Criminelle (S.R.T.I.C.) qui regroupe la Documentation Criminelle (S.R.D.C.) (contrôle et archivage des procédures judiciaires de l’ensemble des services de Police du ressort) et le Service de Rapprochement et de Synthèse (SRS-Corail, analyse des infractions sérielle pour rapprochement et synthèses) ; ainsi que l’antenne locale du S.I.R.A.S.C.O.
  • Une division administrative avec un secrétariat opérationnel, un bureau du personnel, de la formation et de l’indemnitaire et un bureau du budget, de la logistique et de l’indemnitaire.